Skip to content

Test : Ai-je une addiction au gras ?

Hero1
Comportements
people
Complété par 63 personnes
Vous avez souvent des envies irrépressibles de gras et vous craignez d’en être dépendant ? Pour en avoir le cœur net, découvrez notre diagnostic en ligne. Bénéficiez d’une évaluation rapide et autonome qui vous permettra d’identifier vos symptômes et de vous proposer des solutions adaptées.
Hero1
Comportements
people
Complété par 63 personnes
Qu’est-ce que l’addiction au gras ?
L’addiction au gras désigne une dépendance particulière aux aliments gras. Elle se manifeste souvent par des besoins compulsifs et irrépressibles de manger des aliments riches en graisses (saturées ou insaturées). Attention, il y a une différence entre “avoir envie de gras” et “être addict au gras”. Une simple envie disparaît facilement une fois que vous l’assouvissez. En revanche, la compulsion, elle, persiste. Quand on est addict au gras, on y pense beaucoup, on a besoin d’en avoir chez soi et on en recherche au moindre changement d’humeur.

Habituellement, la nourriture provoque un sentiment de plaisir et de soulagement. Cependant, cette sensation va bien au-delà d’un simple plaisir gustatif lorsque vous mangez de façon addictive. Et bien sûr, les envies sont incontrôlables et intempestives.

Certains experts nutritionnistes débattent encore aujourd’hui l’utilisation du terme “addiction” en matière de nourriture. Le concept est, en effet, discutable voire réfutable puisque, contrairement aux drogues, la compulsion n’est pas liée à une substance présente dans l’aliment car la nourriture ne contient pas spécialement de composants addictogènes. Elle traduit plutôt une dépendance à votre propre dopamine.

En effet, la consommation d’aliments riches en gras, comme d’autres types d’aliments, stimule une zone du cerveau responsable de la production de la dopamine – le neurotransmetteur du “bonheur”. La dopamine relâchée va ensuite activer le circuit de la récompense du cerveau. Ce qui augmentera le plaisir et vous encouragera à reproduire de nouveau l’action qui a provoqué ce sentiment en vous. Dans le cas d’une dépendance, la demande ne provient donc plus de l’estomac, mais plutôt du cerveau.

Vous vous demandez pourquoi est-ce que votre cerveau vous réclame du gras ? Cet organe utilise principalement le sucre comme source d’énergie – il en dépend quasiment – mais les triglycérides contenus dans les aliments riches en gras font également partie de ses prédilections. Des études menées par le Centre National de Recherche Scientifique (CNRS) sur les rats le confirment.
LE CHIFFRE CLÉ
41%
C’est le taux de gras contenu dans l’alimentation quotidienne des Français. La France se retrouve en 4e position dans le classement mondial des pays consommateurs de gras.
Source : FAOSTAT
Quels sont les symptômes de l’addiction au gras ?
Beaucoup confondent souvent une simple envie de gras avec une vraie dépendance au gras. De plus, les symptômes varient et surviennent de façon plus ou moins intense en fonction du niveau d’addiction. Pour vous aider à l’identifier, voici les signes révélateurs de cette addiction.
Une envie excessive d’aliments gras
Une des premières manifestations d’une addiction au gras est l’envie intense et fréquente de gras qu’elle engendre. Même lorsque vous n’avez plus faim, votre dépendance provoque une appétence particulière et une consommation excessive d’aliments riches en gras comme la mayonnaise, la viande, la volaille, les charcuteries, les fritures, les crèmes, les produits laitiers, la sardine, et tout ce qui représente un danger pour le cholestérol. Le plus souvent, la compulsion vous pousse à vous tourner vers les plats préparés transformés et la malbouffe (pizza, hamburger, frites, chips, nuggets…).
Une incapacité à résister et une perte de contrôle progressive
La perte de contrôle est souvent le signe que vous êtes accro. Bien que vous soyez repu, votre cerveau n’hésite pas à vous tenter et à vous déstabiliser, vous rendant incapable de résister à ces nourritures riches en graisses. Le désir se fait alors très fréquent et incontrôlable. Même si l’aliment n’est pas à votre disposition, votre envie vous poussera à aller en chercher et vous trouverez une excuse pour vous justifier.
Un mal-être face au manque
Lorsqu’elle n’est pas assouvie, l’envie engendrée par une addiction au gras provoque très souvent un sentiment de mal-être. En effet, l’état de manque se manifeste par des émotions négatives. L’humeur s’en trouve alors perturbée et vous êtes susceptible de ressentir du stress, de l’anxiété, de l’irritabilité ou une sensation de tristesse. Par ailleurs, ce mal-être psychologique va être de plus en plus pesant et vous serez tenté de reprendre des aliments riches en gras pour vous apaiser. C’est un cercle vicieux qui se joue alors et qui peut vous amener vers l’hyperphagie boulimique.
Un sentiment de culpabilité après avoir mangé des aliments gras
Si après avoir cédé à une féroce tentation d’aliments gras, vous vous sentez coupable, il se peut que vous souffriez d’addiction. En effet,la culpabilité alimentaire existe et elle cache souvent une dépendance. Il s’agit bel et bien d’un signe révélateur d’addiction si ce sentiment vous incite à manger à nouveau peu de temps après l’avoir fait. C’est aussi l’une des manifestations du cercle vicieux de la dépendance au gras.
Des changements d’humeur importants
De manière générale, nos humeurs ont tendance à fluctuer, car nous connaissons tous des périodes de baisse et de hausse de moral. Mais, habituellement, nous avons le sentiment d’avoir le contrôle sur nos émotions. Les personnes souffrant d’une dépendance au gras, en revanche, connaissent de fortes variations de leur humeur de manière incontrôlable. Un coup ça va, un coup ça ne va pas... De par l’action du gras sur le cerveau, mais aussi le fait d’avoir répondu ou non à l’envie, des périodes de déprime et d’euphorie peuvent très vite se succéder.
Quel est votre niveau d’addiction au gras ?
Votre addiction au gras est-elle faible, modérée ou sévère ?
Réalisez dès maintenant votre diagnostic pour définir votre niveau de dépendance au gras.
Comment se débarrasser d’une addiction au gras ?
Pour se débarrasser d’une addiction au gras, une bonne volonté ne suffit pas forcément. Et en dehors d’un
Changer son mode d’alimentation
Une bonne alimentation est la base d’un mode de vie sain. Alors, si vous désirez surmonter votre dépendance au gras, il est conseillé d’adopter une alimentation équilibrée. Les aliments riches en fibres, par exemple, vous permettront de maintenir une satiété suffisante, ce qui vous évitera les fringales et les envies de gras.

Faire le plein de magnésium contribuera également à rééquilibrer votre système nerveux et à produire de la sérotonine, l’hormone du bien-être. De quoi vous débarrasser des sentiments désagréables que peut engendrer le sevrage au gras.
Cuisiner soi-même
Si votre emploi du temps vous le permet, il n’y a rien de mieux que de cuisiner vous-même vos repas et préparer vos collations. Cela vous permet de bien doser vos ingrédients pour ne pas abuser du gras et donc éviter de renforcer davantage vos envies.

De cette manière, vous pouvez également remplacer les aliments riches en gras par d’autres aliments plus nutritifs et sains. Dans les pâtisseries, par exemple, les matières grasses laisseront la place à de la purée de fruits, de légumes ou de légumineuses. Ainsi, vous conservez la texture humide et tendre des matières grasses… sans le gras. Choisissez également des crèmes moins épaisses ou des ingrédients allégés pour compléter vos recettes. Remplacez le jaune d’oeuf par deux blancs et la mayonnaise (le fromage à la crème, le beurre, la margarine) par du yogourt nature.
Opter pour d’autres types de cuissons
Pour pouvoir s’en sevrer efficacement, il est également conseillé de réduire les matières grasses en jouant sur le mode de cuisson. En privilégiant d’autres types de cuisson comme la cuisson au four, au micro-ondes, à la vapeur, sur le grill ou en papillote, vous substituez facilement les matières grasses tout en gardant le plaisir de manger.

L’utilisation d’un vaporisateur pour enduire vos ustensiles vous permettra de vous éloigner des produits trop graisseux. Surtout, évitez au maximum la cuisson en friture qui est l’ennemi par excellence dans un régime anti-cellulite.
Privilégier le bon gras
On ne se débarrasse pas d’une addiction au gras en un claquement de doigts. D’ailleurs, nous conseillons toujours d’y aller progressivement si vous envisagez de vous en défaire pour de bon. Lorsque vos envies se font irrésistibles, optez pour les aliments avec de la bonne graisse. Rappelez-vous que les lipides sont importants, car ils jouent un rôle structural et un rôle de stockage énergétique. Il n’est donc pas nécessaire de les supprimer définitivement de votre alimentation.

Privilégiez juste le bon gras pour vous soigner de votre addiction etréguler également vos taux de cholestérol : l’huile végétale (huile d’olive, huile de colza), les poissons gras (sardine, saumon, maquereau, les noix, les avocats, les graines, les amandes ou encore le beurre de cacahuètes en font partie.
image
Une addiction au gras, est-ce dangereux ?
Pour vous répondre, nous emprunterons la citation de Sénèque qui déclare : “En tout, l’excès est un vice”. Alors, oui, une addiction au gras peut être très dangereuse. Les triglycérides contenus dans les aliments gras sont indispensables pour notre organisme : ils constituent une réserve importante d’énergie, transportent les vitamines liposolubles dans le sang et stockent les acides gras au sein des cellules adipeuses.

Néanmoins, lorsque ces triglycérides sont présents en quantité trop importante, cela peut devenir destructeur pour l’organisme.
Voici les principales conséquences de cette addiction :
wsbilan5
Téléchargez l’application
Retrouvez plus de 10 diagnostics sur l’alimentation dans votre application !

Scannez-moi pour télécharger l'application
Découvrez nos diagnostics nutrition
Découvrez encore plus de diagnostics dédiés à la nutrition.