Skip to content

Test : Ai-je une addiction au sucre ?

Hero1
Comportements
people
Complété par 136 personnes
Besoins impérieux et irrépressibles de manger des aliments sucrés ? Perte de contrôle sur la quantité de sucres que vous consommez par jour ? Seriez-vous addict au sucre ? Pour le savoir, diagnostiquez votre éventuelle dépendance en seulement 5 minutes grâce à notre test en ligne. Innovant et autonome, ce diagnostic vous permettra d’évaluer votre niveau d’addiction au sucre de manière simple et en toute confidentialité.
Hero1
Comportements
people
Complété par 136 personnes
Qu’est-ce que l’addiction au sucre ?
L’addiction au sucre désigne une dépendance aux aliments ayant un goût sucré, notamment ceux riches en sucres raffinés. Les envies sont alors insurmontables et la perte de contrôle devient habituelle à cause de l’accoutumance physiologique et psychologique au sucre. À la différence d’une gourmandise ou d’une simple envie, l’addiction prive les personnes qui en sont atteintes de leur liberté de s’abstenir. Alors, bien qu’elles aient conscience des conséquences de la surconsommation, elles sont confrontées à un conflit interne permanent entre le désir dene pas “craquer” et l’impossibilité d’y parvenir.

Aujourd’hui, l’addiction au sucre n’est pas reconnue comme étant une pathologie. Elle ne peut donc être classifiée au même titre que l’addiction à l’alcool ou à la drogue, selon les nutritionnistes. De manière générale, on parle donc plutôt de dépendance au sucre et non réellement d’addiction. Par ailleurs, bien qu’elle possède des sources psychologiques, la dépendance au sucre ne peut être associée à des troubles du comportement alimentaire. Il ne faut donc pas la confondre avec la boulimie ou l’hyperphagie boulimique.

Le sucre se cache un peu partout dans notre alimentation et il est très facile d’en dépendre. Cet aliment-plaisir possède un potentiel addictif élevé. En effet, n’oublions pas que nous avons une attirance innée pour la saveur sucrée. Qui plus est, le sucre représente notre principale source d’énergie, nous sommes donc amenés à en consommer régulièrement.

Néanmoins, cela n’enlève pas le danger que représente une surconsommation de produits sucrés. Pourtant, la notion de danger est souvent biaisée, car le sucre est reconnu pour provoquer une stimulation du cerveau. Il active, en effet, le système de récompense et nous fait ressentir du plaisir en augmentant la production de dopamine. Si cette stimulation est excessive, il est très facile pour l’organisme de perdre le contrôle, car le cerveau demandera alors de récidiver l’action afin d’obtenir un nouveau un pic dopaminergique. Ainsi, le corps pense à tort que cette consommation de sucre lui est bienfaisante, ce qui est encore plus dommageable.
LE CHIFFRE CLÉ
50 g
C’est la quantité de sucre conseillée par l’Organisation Mondiale de la Santé par jour. Cette dose représente le maximum pour un adulte moyen qui consomme environ 2 000 kilocalories quotidiennement.
Source : Organisation Mondiale de la Santé (OMS)
Quels sont les signes de l’addiction au sucre ?
Notre cerveau aime le sucre. C’est normal, il en dépend entièrement. Mais sachez qu’il y a une différence entre “aimer le sucre” et “être dépendant au sucre”. Si les simples envies disparaissent, l’addiction, elle, persiste. D’ailleurs, lorsqu’elles ne sont pas assouvies, ces envies provoquent nervosité et changement d’humeur. Pour savoir si vous êtes addict ou non au sucre, voici les signes à observer.
Des fringales de produits sucrés
Addiction et fringales sont des concepts étroitement liés. En outre, le sucre appelle le sucre. Alors, plus vous mangez de produits sucrés, plus vous en aurez envie. Il est alors normal que votre dépendance au sucre se manifeste par des fringales d’aliments sucrés. En fait, le sucre que vous consommez se transforme principalement en énergie. Pour le reste, il est métabolisé par une hormone produite au niveau du pancréas, l’insuline. Cette dernière permet de réguler la glycémie.

Alors, plus vos aliments sont riches en sucre, plus votre pancréas produit de l’insuline pour diminuer le taux de sucre dans le sang. Ce qui entraînera une hypoglycémie réactionnelle et donc une fatigue inexpliquée, une baisse d’énergie importante, des tremblements et une faim anormale. En réponse à cette réaction, votre cerveau vous réclamera son manque par des fringales intempestives. Faites bien attention aux signes, car les fringales peuvent également indiquer un déséquilibre du sucre sanguin. Dans de nombreux cas, elles caractérisent également un diabète.
Des caries dentaires
Comme on vous l’a toujours répété étant petits, les sucres libres sont les premiers responsables de la maladie carieuse. En effet, les bactéries présentes dans notre bouche se nourrissent de ces sucres et provoquent donc l’apparition d’acides qui entraînent la déminéralisation de l’émail dentaire et de la dentine. Par conséquent, plus vous êtes addict au sucre, plus votre consommation d’aliments sucrés est élevée et induit l’apparition de caries. Si vous en souffrez, cela peut alors traduire une consommation excessive de sucres.
Des envies incontrôlables et chroniques
Bien que vous ayez conscience des conséquences et que vous luttez, l’addiction provoque souvent des envies chroniques impossibles à apprivoiser. D’ailleurs, même lorsque vous êtes repu(e), votre cerveau semble vous réclamer toutes sortes d’aliments sucrés. Vous y pensez continuellement, vous en recherchez lorsque vous n’en disposez pas, vous justifiez votre consommation de manière à apaiser votre conscience qui vous dit de résister. D’autre part, quand vous arrivez à vous abstenir ou à limiter votre consommation, votre cerveau le constate. Face au manque, vous serez irritable et vous ressentirez des émotions négatives (stress, mal-être, tristesse, etc.).
Une surcharge pondérale
Inutile de rappeler que la surcharge pondérale est associée à l’excès de sucre dans l’alimentation. Pas étonnant que pour perdre du poids rapidement, beaucoup se lancent dans des régimes pauvres en sucre de type cétogène. En réalité, lorsque le glucose n’est pas utilisé comme énergie pour le corps, il est converti soit en glycogène, soit en acides gras puis en triglycérides qui vont se stocker au niveau des tissus adipeux.

De plus, à force de devoir sécréter de l’insuline pour réguler le taux de sucre dans le sang, le corps va s'accommoder et finira par résister à l’action de l’hormone. Ce qui provoquera une accumulation de graisses. Les personnes ayant une addiction au sucre peuvent donc très vite souffrir de surpoids et d’obésité.
Des sentiments de culpabilité ou de honte
Pendant votre démarche vers l’abstention, il est possible de faire face à des moments d’écart. Lorsqu’il s’agit réellement d’addiction, ces phases sont souvent suivies de sentiments de culpabilité ou de honte. Mais ne vous inquiétez pas, résister à la dépendance n’a jamais été chose aisée pour qui que ce soit.

Qui plus est, les aliments sucrés, tout comme ceux riches en gras, possèdent un caractère réconfortant. C’est pour cette raison que vous êtes plus susceptibles de ressentir des envies féroces, après un rendez-vous important ou une situation imprévue, par exemple. Il s’agit d’une envie de manger émotionnelle. Ces types d’envie sont exceptionnels et peuvent se manifester même chez les non-addicts. Cependant, bien qu’elles n’aient rien à voir avec l’addiction à la base, elles peuvent facilement se transformer en compulsion alimentaire.
Quel est votre niveau d’addiction au sucre ?
Dépendant(e), peut-être, mais à quel point ?
Pour le savoir, testez votre niveau d’addiction au sucre en réalisant notre diagnostic.
Comment soigner une addiction au sucre ?
Arrêter définitivement la consommation de sucre n’est pas forcément une très bonne idée pour se sortir de l’addiction. D’autant plus que cette démarche est quasi-impossible, car le sucre est omniprésent dans la quasi-totalité de votre alimentation. D’ailleurs, on en trouve toujours un peu même dans
Entamer un régime sans sucre
Les régimes sans sucre n’impliquent pas de supprimer définitivement le sucre de votre alimentation. Ces types de régimes se basent plutôt sur une limitation de la quantité de sucre consommé. Il faut également faire attention au type de sucre en question : limiter le sucre raffiné et préférer le sucre naturel.

Pour ce faire, il est alors indiqué de s’éloigner des produits de type boissons sucrées, sodas, sauces, viennoiseries, pâtisseries, confiseries. Il ne s’agit pas forcément d’aliments ayant un goût sucré. Il y a certains aliments salés qui cachent de très grande quantité de sucres comme les charcuteries, la junk food (pizza, hamburger, frites), les sauces (ketchup, mayonnaise, moutarde), les boissons alcoolisées.

Dans cette optique, veillez à augmenter votre consommation en fibres et en protéines. Elles sont reconnues pour permettre de réguler le taux de glycémie, maintenir un niveau d’énergie plus stable et une satiété plus longue. Voici donc les aliments à privilégier : les légumes, les légumineuses, la viande, les œufs, le poisson, les bonnes graisses (avocat, huile d’olive, noix) et les féculents complets.
Se sevrer progressivement
Pour pouvoir réussir son sevrage au sucre, il est vivement conseillé d’y aller progressivement. Ne vous aventurez jamais dans un régime extrémiste et trop restrictif pour ne pas provoquer des fringales contre-productives à votre désir de changement. De plus, si vous arrêtez trop brutalement, vous risquez de vous infliger des frustrations et un mal-être inutiles.

Ainsi, optez pour des paliers confortables de diminution de vos doses journalières de sucre. Si vous avez eu l’habitude de manger 4 barres chocolatées par jour, essayez de n’en manger que 3 pour commencer et réduisez cette quantité graduellement.
Apprendre à connaître le contenu de ses assiettes
Afin de contrôler au maximum le taux de sucre que vous consommez et donc de vous soigner progressivement de la dépendance, vous devez apprendre à connaître de quoi est composée votre assiette. Comme le sucre se cache à peu près partout, apprenez à lire et comprendre les étiquettes des produits alimentaires. Si le sucre se trouve en haut de la liste d’ingrédients, le produit en contient une quantité très élevée.

Privilégiez, en revanche, les produits sur lesquels il est écrit “sans sucres ajoutés”. Par ailleurs, sachez que les produits allégés ne sont pas exemptés de sucre. Les produits contenant de l’édulcorant ne sont pas toujours conseillés : ceux qui renferment de l’édulcorant artificiel sont à fuir. Considérez toujours l’index glycémique des aliments. L’index glycémique d’une poire et celui d’une pastèque ne se valent pas. Même s’il s’agit tous deux de fruits, l’un a un index glycémique bas (poire = 38), tandis que l’autre est élevé (pastèque = 75).
image
Quelles sont les conséquences d'une addiction au sucre ?
Une dépendance au sucre peut avoir des conséquences délétères pour le corps. En voici quelques-unes :
  • Surpoids ou obésité ;
  • Diabète de type 2 ou diabète gestationnel ;
  • Maladies cardiovasculaires ;
  • Carences alimentaires ;
  • Cancers (cancer du pancréas, du foie, du côlon, etc.) ;
  • Fatigue inexpliquée ;
  • Problèmes de peau : ridules, peau grasse, teint terne, boutons ;
  • Mauvaise haleine ;
  • Rétinopathie ;
  • Insomnie.
wsbilan5
Téléchargez l’application
Retrouvez plus de 10 diagnostics sur l’alimentation dans votre application !

Scannez-moi pour télécharger l'application
Découvrez nos diagnostics nutrition
Découvrez encore plus de diagnostics dédiés à la nutrition.